Le casino de Christchurch va devoir verser $100 000 de dons

Nous vous proposons aujourd’hui de découvrir pourquoi le casino de CHC devra verser 100 000 $ de dons pour renouveler sa licence s’il souhaite continuer à exercer en toute légalité.

La Commission des Jeux de hasard en Nouvelle-Zélande

C’est effectivement la Commission des Jeux de hasard en Nouvelle-Zélande qui a décidé très récemment d’imposer une drôle et inhabituelle contrainte au casino de Christchurch. Il faudra que l’établissement de jeux s‘acquitte en effet d’un versement obligatoire de 2,5 % de son revenu net annuel s’il souhaite continuer à exercer son activité. Mais ce n’est pas tout puisque ce dernier devra également faire un don. Il s’agit en fait d’une somme de 100 000 dollars qui devra être reversée par an aux différentes organisations caritatives de son choix. Ce sont les deux conditions à remplir s’il souhaite obtenir un renouvellement de sa licence de jeu et il paraissait donc injuste que ce casino soit le seul à devoir passer par la case portefeuille.

D’autres casinos sur la liste des donateurs

En effet, le casino de Christchurch ne sera pas le seul à devoir mettre la main à la poche, car cette opération touche d’autres casinos ; même si ce dernier reste à ce jour cependant l’un des plus grands établissements implantés sur l’île du sud de la Nouvelle-Zélande. Mais revenons un peu sur cette étrange décision. La Commission des jeux du hasard a donc imposé à l’exploitant une contribution d’au moins 2,5 % de son bénéfice net annuel afin de participer activement aux œuvres caritatives.

Il faut dire que c’est ici en fait la seule condition pour pouvoir renouveler sa licence qui lui permettra alors de pouvoir exploiter le secteur en toute légitimité et légalité. Mais comme nous venons de vous le dévoiler, cet établissement n’est pas le seul à devoir s’acquitter d’une telle somme impressionnante puisqu’on retrouve aussi des casinos installés du pays comme Queenstown qui devra verser 100 000 dollars ou encore SkyCity à Auckland qui devra verser quant à lui 500 000 dollars. Deux autres gros casinos qui sont donc sur la liste des donateurs contraints…

Quand on voit ça, on se dit que parfois les géants des casinos en ligne comme Casino777.be ou encore Circus ont bien de la chance d’opérer sur internet…

Le casino de Christchurch

Il faut dire que d’un autre côté, le casino de Christchurch s’avère être le premier à recevoir une licence de 25 ans en 1993 depuis l’autorisation des jeux d’argent et de hasard dans le pays. Il s’agit ici d’une toute nouvelle licence qui affiche une jolie durée de 15 ans d’exploitation et qui sera octroyée sous certaines conditions et plus particulièrement cette taxe de bienfaisance de 2,5 % de ses revenus nets.

La maison de jeu n’a donc pas d’autre choix que de se plier à ce pourcentage et a forcément accepté de verser 100 000 dollars par an à des organisations caritatives ; ce qui ne représente pas vraiment grand-chose comme trou dans sa caisse, vous le devinerez assez aisément.

Et cette décision a été confirmée par Brett Anderson lui-même, étant le directeur général, et par Darren Henderson étant le responsable de la protection des actifs et du jeu responsable. Nous vous voyons venir et vous précisons d’entrée que non…les paiements ne concernent nullement des organismes associés au marché du jeu. Mais il s’agit ici d’une initiative plutôt judicieuse et louable puisqu’elle consiste essentiellement à tirer le maximum d’avantages sur l’implantation des casinos dans le pays.

Une opération longuement réfléchie

Le plus difficile résidait du côté de la commission à déterminer l’avantage social et économique de l’obtention ou du refus d’une licence. Même s’il ne faut pas occulter également en parallèle ici le soutien de la communauté.

On apprend par exemple, d’après un rapport interne du casino, que 30 % à 50 % des joueurs habituels pourraient tout à fait se rediriger vers des offres non réglementées sans un renouvellement de la licence. Voici donc ici un constat qui a de quoi renforcer les inquiétudes de la commission et des membres de la DIA. Le résultat est donc sans appel pour 2019 et le casino de Christchurch sera donc obligé d’honorer ce don s’il souhaite renouveler sa licence de jeu.

Il est intéressant de relever également, à titre d’information, que dans cette alternative, la commission a exclu la réalisation d’un sondage auprès de la communauté. En effet, cette dernière était en fait faveur de cette décision de la part de la majeure partie de ses membres actifs. N’oubliez pas que vous pouvez également vous amuser sur des casinos en ligne, sans sortir de chez vous et en restant confortablement installé dans votre canapé de salon, en jouant sur des plateformes en ligne comme Ladbrokes