Stu Ungar, la légende du poker

300€ Offerts + 25 Tours Gratuits

Profitez de l'Offre !

Stuart Errol Ungar, dit Stu « The Kid » Ungar, est né le 8 septembre 1953 à Manhattan, (New York) et mort le 22 novembre 1998 à Las Vegas (Nevada). C’était un joueur professionnel de poker, de blackjack et de gin rami, parfois considéré comme ayant été le meilleur joueur de tous les temps dans ces trois disciplines. Il nous paraît donc incontournable de vous présenter son histoire qui ne manque pas d’anecdotes au sujet de ce joueur qui fut l’unique champion, avec Johnny Moss, à remporter trois fois le Main Event des World Series of Poker.

Le passé de Stu Ungar

Depuis tout petit déjà, Stu Ungar a montré de l’intérêt et surtout une flagrante aptitude avec les chiffres et les jeux de cartes. Pour preuve, il a emporté un tournoi local de Gin Rami tout juste âgé de 10 ans, et s’est très vite transformé en adversaire redoutable, impossible à battre dans cette discipline. Mais le jeune homme n’a pas eu pour autant une enfance facile, bien au contraire. Son père Isadore « Ido » Ungar était en fait un usurier qui décédera alors d’une crise cardiaque en 1966, laissant Stu, à peine âgé de 13 ans à l’époque, seul soutien de famille. Alors qu’il est encore adolescent, il quitte l’école et devient joueur professionnel pour pouvoir contribuer financièrement au budget de la famille, constituée de sa sœur et de sa mère, rendue partiellement invalide suit à un accident vasculaire cérébral. Une vie vraiment pas facile pour cet enfant rentré très vite dans le monde des adultes contre son gré.

Le Stu Ungar l’altruiste

Tous ceux qui ont côtoyé Stu Ungar vous diront qu’il était un jeune homme vraiment serviable et généreux…même peut-être trop généreux. L’univers du poker ne manque pas d’anecdotes autour de ses élans de générosité dont faisait preuve Stu qui, s’il pouvait aider quelqu’un en difficultés financières, mettait immédiatement la main à la poche pour offrir son aide financière. On entend souvent parler par exemple de cette histoire qui relate la fois où son avocat lui dit qu’il avoir un problème financier. Stu a alors immédiatement retiré de ses poches 10 000 dollars en espèces, les lui a tendus en disant : « Quand vous les aurez récupérés, vous pourrez me les rendre. Et si vous ne parvenez pas à me payer, ça va quand même ».

Dans le même registre, on retrouve également des traces de son altruisme du côté de son ami Michael « Baseball Mike » Salem, qui a reçu chez lui une somme importante en argent, dans le but de l’aider à payer plusieurs mensualités de l’emprunt pour sa maison, tout juste après lui avoir raconté avoir subi une grande perte. Et pour finir, on sait qu’une autre fois, alors qu’Ungar se rendait avec Doyle Brunson à Las Vegas, celui-ci a donné une centaine de dollars à un inconnu qui lui a tout simplement demandé de l’argent en faisant l’aumône.

Stu Ungar et son air innocent

Il était effectivement doté naturellement d’un air d’innocence qui déroutait tous les joueurs qui se retrouvaient face à lui autour d’une table de poker. Ce fut par exemple le cas pour le joueur professionnel Billy Baxter, qui se retrouva face à lui et avoue alors avoir été grandement surpris par la petite taille et l’allure juvénile d’Ungar. Mais cet aspect est en fait la principale raison pour laquelle on le surnomme alors dans le milieu : « The Kid ». Pour la petite anecdote, il était si menu et petit qu’il a dû glisser une caisse de Coca-Cola sous son siège pour parvenir à atteindre la table…ce qui ne l’a pas empêché au passage de réussir à faire perdre à Baxter 40 000 dollars. Mais tout n’était pas toujours rose pour cet adversaire redoutable qui se voyait interdit de jouer dans les casinos de Las Vegas, et de nombreuses autres villes, à cause de sa capacité à compter les cartes au blackjack. Et son air innocent n’a pas permis à Stu de vaincre tous ses adversaires. On se souviendra de cette partie qui n’a pas tourné à son avantage face à Archie Karas, qui a été un des rares joueurs ayant réussi à soutirer au champion 500 000 et 700 000 en deux parties heads-up de Razz et de 7-card stud.

Les premières victoires de Stu Ungar

C’est en 1980 que Stu Ungar commencera réellement ses débuts de grand champion du poker. Alors qu’il est encore novice en Texas Hold’em et désireux de diversifier ses activités à la suite de ses difficultés pour trouver des adversaires au gin, Stu participe aux World Series of Poker (WSOP) et atteindra la première place alors que les bookmakers cotaient sa victoire à cent contre un. Il réussira ensuite à reproduire cet exploit en 81 et en 97, remportant durant sa carrière, deux bracelets dans d’autres tournois. Pour la petite histoire, il est intéressant de relever que l’année de cette seconde victoire au Main Event, en 81, Stu avait bien failli être blacklisté du tournoi et donc ne pas être admis aux WSOP. En effet, contrarié d’avoir perdu un gros pot à une table high stakes, il avait craché au visage d’un croupier du casino Binion quelques jours avant le tournoi. Manque de bol…l’événement était organisé dans ce même casino. Il devra alors son admission à l’intervention de Jack Binion, le fils du propriétaire Benny, qui plaidera pour sa cause, comprenant que la présence d’Ungar allait représenter finalement une grande publicité gratuite pour sa maison de jeux.

Le côté obscur de Stu Ungar

C’est en 1982, tout juste un an après sa seconde victoire aux WSOP, que Stu épouse alors Madeleine, avec qui il a eu une fille qu’ils appelleront Stefanie. Dans la foulée, le joueur accepte d’adopter Richie, le fils de Madeleine, qui est issu d’un précédent mariage et qui prendra ensuite le nom de famille Ungar. Mais le bonheur d’une vie de couple sera de courte durée et Stu et Madeleine divorceront en 1986. Un drame survient alors 3 ans après, en 1989, lorsque Richie se suicide peu de temps après le bal de fin d’année du lycée.

Ungar est particulièrement touché par cette mort et se met alors à consommer de la drogue de plus en plus souvent, devenant accrocs et devant abandonner en 1990 une partie lors du troisième jour du Main Event des WSOP. On apprend alors que le champion aurait commencé à prendre de la cocaïne en 79, après le décès de sa mère. Mais cette dépendance aux drogues ne l’empêchera pas de remporter le Main Event 97, alors qu’il s’était inscrit juste à temps, avant la clôture, en payant le buy-in grâce à un prêt de son ami et collègue Bill Baxter.

La mort mystérieuse de Stu Ungar

Ungar sera retrouvé mort, dans une chambre de l’Oasis Motel, à la périphérie de Las Vegas en novembre 1998. Étrangement, on ne retrouve aucune trace de drogue sur place et l’autopsie estimera alors qu’il avait eu une attaque cardiaque causée par l’utilisation prolongée de ces drogues pendant plusieurs années. Elle dévoilera également que les traces présentes dans son corps n’étaient effectivement pas suffisantes pour causer le décès. Lors de l’enquête, on apprendra ensuite qu’on retrouva dans la salle, seulement 800 euros sur les 25 000 que Bob Stupak lui avait donnés peu de temps avant.

Une reconnaissance posthume pour Stu Ungar

Si Ungar a encaissé des gains pour un montant global de 30 millions de dollars au cours de toute sa vie et de sa carrière de joueur de poker, il était tout aussi bon pour dépenser de fortes sommes d’argent dans la drogue et les paris. Il faudra alors attendre 2001 pour que le nom d’Ungar soit rajouté dans le Poker hall of fame.

Bonus de Bienvenue 300% jusqu'à 60 €

Profitez de l'Offre !