Triche au Casino de Melbourne et pari insolite en Tanzanie

Premier dépôt 200% jusqu'à 300€

Profitez de l'Offre !

Nous vous proposons de découvrir une histoire plutôt folle autour de l’univers des casinos avec une arnaque à plus d’AU$ 400 000 au Crown Casino de Melbourne et un fait plutôt insolite autour du milieu du pari avec un drôle de type qui parie sa femme sur un match de football…et qui la perd !

Une arnaque à plus d’AU$ 400 000

Le Crown Casino de Melbourne se souviendra longtemps de cette affaire mettant en cause un de ses croupiers de Melbourne, ainsi que trois joueuses. La petite bande a été arrêtée pour avoir triché aux tables de baccarat du Crown Casino. Mais si cela peut paraître anodin, il nous paraît important de préciser que le préjudice se monte cependant à hauteur de plus de 400 000 dollars australiens. S’ils sont parvenus à détourner autant, c’est tout simplement parce qu’ils ont réussi à empocher des gains sur plusieurs sessions de suite. Mais ils arriveront cependant à se faire repérer et arrêter par la sécurité.

Un croupier qui aidait les joueuses à gagner

On le sait tous par ici, et le nombre d’histoires que nous relatons à ce sujet chaque mois sur Roulette.be le prouve bien : tricher au casino est loin d’être aisé. Mais il faut également prendre en compte que c’est un jeu dangereux avec lequel il faut savoir se retirer très vite pour éviter la casse, car un casino terrestre reste en effet l’un des lieux les plus surveillés au monde avec des centaines de caméras disposées de façon à tout voir, usant de zooms performants et précis pour voir de très près les moindres gestes les plus discrets et les plus suspicieux.

Mais les caméras vidéo ne sont pas les seuls moyens qui sont utilisés par la sécurité d’un casino pour repérer rapidement des gains anormaux. En effet, lorsqu’une table de jeux reporte une série de gains importants et rapidement, des signaux rouges sont lancés à la direction qui devra alors départager si ces gains sont le fait de simple chance, comme certains joueurs en font l’expérience, ou s’il s’agit au contraire d’une triche plus ou moins orchestrée. Et c’est cette seconde solution qui a été retenue pour notre petite anecdote du jour gravitant autour de ce quatuor de tricheurs en Australie.

Même si tous les détails de la technique de triche ne sont pas diffusés sur les médias, on peut assurément dire que la parade paraissait cependant plutôt grossière. On a donc eu affaire ici à un croupier, nommé Michael Huo, qui a opéré tout simplement avec trois joueuses qui sont Ke Wang, Fiona Shum et Yixuan Cui. Leur objectif était de soutirer des gains en toute simplicité sur les tables de baccarat et ils y parviendront sur le moment puisque ce ne seront pas moins d’AU$ 431 700 qui seront alors détournés du 26 mars au 1er mai de l’an dernier, et ce en quelque 58 heures de jeux !

Une technique simple de triche

Et si nous vous parlions d’une méthode plutôt grossière, c’est bel et bien parce que leur mode opératoire paraissait plutôt simple dans l’ensemble. Si simple qu’on en soit tous à ce jour, au sein de la rédaction, à se demander comment ils ont bien pu voler autant sans se faire prendre. Le croupier mettait tout en œuvre pour découvrir les premières cartes du paquet qu’il allait utiliser. Il ne lui restait plus ensuite qu’à informer les joueuses de certaines cartes clés, leur permettant de pouvoir miser en connaissance de cause et de rafler bien évidemment de solides gains assez régulièrement.

Selon le visionnage des enregistrements des caméras de surveillance, on a pu voir un Michael Huo jeter un coup d’œil aux premières cartes et ce, au moins une vingtaine de fois, afin de permettre à ses complices de miser sur le bon résultat. Une méthode assez simple et judicieuse puisque les joueurs peuvent tout aussi bien parier pour le joueur, la banque ou un partage au baccarat. Un partage qui représente en fait le résultat le plus rentable en termes de cote, étant pour sa part le moins probable statistiquement.

Cette affaire n’est pas près de se terminer, car l’accusation a l’intention de faire condamner les joueuses ainsi que le croupier. Ke Wang est quant à elle la seule joueuse du groupe qui pourrait s’en sortir sans des poursuites graves, car elle n’aurait participé selon l’enquête qu’à l’arnaque à hauteur de 1 900 AU$ ! Mais si cette affaire vous paraît plutôt insolite, attendez de lire notre second fait divers qui est encore plus étonnant et surprenant…

Un homme parie sa femme sur un match de football

Et la petite histoire est encore plus incroyable puisqu’au final, il arrive à la perdre… Une occasion de vous rappeler que lorsque l’on parie quelque chose, il faut toujours être prêt à perdre et donc à ne pas mettre en jeu n’importe quoi. Dans notre petite histoire, on croit halluciner et vivre sur une autre planète puisqu’elle relate le fait d’un parieur qui a misé sa propre femme. Sans même prendre en compte le fait qu’en plus il a perdu, on constate que l’on est en face d’un individu un peu dérangé et que le monde ne tourne pas vraiment bien. Ce genre de pari fou s’est passé en Tanzanie, le samedi 7 avril 2018.

Le magazine Nairobinews nous apprend que deux amis ont décidé de s’opposer dans un pari, sur le match Manchester United contre Manchester City. Si habituellement ce genre de paris entre amis a pour objet de mettre en jeu une somme d’argent modérée ou encore un gage quelconque comme faire le ménage de l’autre ou traverser un parc à moitié nu, il n’en est rien lorsque l’on a affaire à des individus plutôt dérangés comme ces deux drôles de zigotos qui font l’objet de notre article aujourd’hui.

Un objet de pari plutôt surprenant

Fans de foot inconditionnels, deux amis habitant la Tanzanie ont récemment parié l’un contre l’autre sur la rencontre de football Manchester United contre Manchester City. Si le derby se montre à la hauteur de tous les espoirs en termes de prestige, il fallait que l’objet du pari soit mémorable pour ces deux parieurs. Et le moins qu’on puisse dire, pour l’occasion, c’est qu’il l’a réellement été ici !

Le perdant du pari a en effet perdu sa femme, pendant une semaine complète. Nul doute qu’étant donné les circonstances, il est fort probable que sa femme ne revienne jamais au domicile après cette semaine de partage peu ordinaire. Un pari qui a été décidé et structuré puisque les deux protagonistes ont fait les choses dans les règles de l’art, avec un contrat écrit noir sur blanc comme un véritable contrat, sur lequel chacun a écrit ses termes à la main et signé par les deux parties Tony Shilla et Amani Stanley. Un papier sur lequel le perdant stipulait avant la rencontre : « Je promets par la présente de donner ma femme pour une semaine complète à mon ami Tony Shilla si Manchester City ne gagne pas la rencontre contre Manchester United. Je suis sain d’esprit et je n’ai pas été forcé de placer ce pari. ».

Et Manchester United gagne…

La rencontre se termine en effet sur Manchester United qui gagne le match 3 à 2. Cette victoire permet alors à Tony Shilla de remporter la femme de son ami pendant une semaine complète. Mais si l’affaire peut paraître à faire sourire, il n’en reste pas moins qu’elle laisse quelques interrogations sur le carreau : la question que l’on est en droit de se poser est de savoir effectivement si ce contrat est valable aux yeux de la loi, surtout si la femme de Stanley décide de contester ce deal farfelu et plutôt dingue.

Mais cette histoire n’est pas isolée et on peut voir des cas similaires de paris fous une fois de temps en temps. On se souvient par exemple de l’histoire de cet homme qui a perdu sa maison sur un derby similaire en 2013. Il avait tout simplement été éjecté avec sa femme et ses enfants de son domicile ; alors qu’en cas de victoire, il aurait eu droit à la Toyota de son ami et surtout…à sa femme.

300€ Bonus de Bienvenue

Profitez de l'Offre !